Zoom sur notre expérience couchsurfing !

Delhi (12)

« Couchsurfing » est une plateforme internationale de rencontres et d’échanges. Elle regroupe des milliers de personnes dans le monde, voyageurs et locaux qui cherchent à se rencontrer. La plupart des locaux proposent un hébergement, et c’est entièrement gratuit!

Nous avons eu recours à ce site pour trouver un logement à Delhi. Un jeune couple, parent d’un petit garçon, a accepté notre demande via le site internet. Nous avons échangé nos coordonnés et nous les avons rejoints chez eux à notre arrivée à Delhi, le dimanche 1er mars.

A notre arrivée quelle surprise, la famille accueillait déjà 4 personnes, et nous étions 3 à arriver. L’appartement est composé de trois pièces, les surfeurs dorment tous dans une pièce, et le couple avec le petit garçon dans l’autre. Les conditions de vie sont primaires, lavage au seau d’eau, toilettes à la Turque… Mais l’ambiance y est chaleureuse. Savita est femme au foyer, elle cuisine et s’occupe de son petit garçon toute la journée. Nimmit lui est guide touristique dans son village de naissance dans l’Himalaya, mais il reste à Delhi la plupart du temps pour être avec sa femme et son fils, où il aide à tenir un magasin de jouets.

Leur vie est surprenante, impossible de ne pas se demander pourquoi ils hébergent autant de gens alors que eux-mêmes n’ont rien.

Hier soir en discutant avec Nimmit, nous avons compris.

Cet homme vit au jour le jour, quoi qu’il arrive demain il ne s’en soucie jamais. Et c’est la vie de beaucoup d’indien, chercher à se débrouiller et gagner leur vie au jour le jour. Il dit qu’il est heureux, et que tout ce qu’il veut c’est donner une bonne éducation à son fils. A côté de ça il fume et boit beaucoup, mais à 32 ans il sait qu’il ne vivra pas vieux, peut-être jusqu’à 60/65 ans, alors c’est sa façon de profiter de la vie.

Le couchsurfing pour lui c’est avant tout un moyen de partager, et de donner une ouverture d’esprit à son fils. Mais c’est aussi sa clientèle, il propose son tour de 15 jours dans l’Himalaya à tous les surfeurs en arrivant. Savita elle, crée des robes et essaie aussi de les vendre aux surfeurs qu’elle héberge.

Mais certains comme nous n’achètent pas et ne signent pas pour un tour dans l’Himalaya, il dit ne jamais forcer personne et c’est vrai, mais l’hébergement leur coûte… Ca rend les choses ambiguës.

Ce matin au réveil, il n’y avait plus d’eau au robinet. La famille achète des recharges d’eau, et lorsque la recharge est vide il faut payer pour la remplir. Et avec une moyenne de 5 personnes à héberger chaque jour, ça leur coûte cher. Ils n’ont pas de compte en banque, en fait Nimmit nous a dit qu’ils en avaient un mais qu’il était vide. Alors on a décidé de cotiser pour le prochain bidon.

Sa vision sur les ONG:

Hier il nous a posé beaucoup de questions sur le projet. Il était intéressé, même s’il avait du mal à comprendre le fait qu’il n’y ait pas de « business » derrière notre projet.

Il nous a dit qu’en Inde 60% des ONG sont dirigées par des personnes qui recherchent seulement à faire de l’argent. Selon lui une ONG peut tout faire, à partir du moment où elle est reconnue comme telle, elle reçoit des dons et personne ne sait comment elle les utilise.

Il nous a parlé d’une ONG dont le nom est Wahoe, elle organise des tours dans des villages « pauvres » pour les touristes. Mais c’est une machination, les villages visés font partie des plus riches et ont toutes les technologies possibles pour travailler. A chaque visite le village est mis en scène pour attirer les touristes et faire de l’argent. Il y a travaillé pendant 9 ans, et aujourd’hui il le dénonce.

Après ça il nous a proposé de monter un business ensemble, alors on a signé… Aha non bien sûr, mais c’était vraiment surprenant de voir comment cet homme appréhendait sa vie.

« J’ai plein d’idées, il y a plein de choses à faire ici. L’Inde pour faire de l’argent ce n’est pas un problème si t’es malin, alors réfléchissez »

Il nous a parlé d’Holy, le festival des couleurs qui aura lieu le week end prochain. Ces jours sont très festifs, tous les gens se jettent de la poudre de couleur dans la rue. On va louper cet événement, mais depuis mardi on peut déjà voir des enfants plein de couleurs à la sortie de l’école, et Nimmit nous a promis d’avancer la fête le 5 au soir pour notre départ.

Un petit clic et c'est parti !

Créons des ponts entre les mondes !
RSS
Follow by Email
Facebook
Facebook
YouTube
YouTube
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *