Quelques précisions sur notre projet !

Maintenant que vous avez pris connaissance du projet,

voilà quelques petites précisions sur nos démarches passées et actuelles.

La mission a commencé le 1er octobre, et le départ est prévu le 26 janvier.

  • L’élaboration du projet a été de deux mois :

L’intitulé de la mission était à la base « économie sociale et solidaire ».

Nous avons commencé par effectuer des recherches, participer à des événement comme le salon de l’ESS 2014 à Niort, rencontrer des entrepreneurs sociaux ou gérants de SCOP à La Rochelle.

Ces premiers pas dans l’ESS ont suscité en nous des premières interrogations.

Nous les avons rédigées, puis re-rédigées… Jusqu’à avoir un angle d’attaque facile à exprimer : l’ESS est-elle un modèle durable ?

Nous en sommes venus à l’idée que les pouvoirs publics allaient être les principaux responsables du succès ou de l’échec de cette économie. C’est pourquoi nous nous interrogeons sur la capacité ET la volonté des pouvoirs publics à répondre aux besoins des acteurs de l’ESS.

En France, la loi Hamon ne semble pas répondre à l’attente des acteurs de l’ESS. Certains acteurs sont exclus de la loi alors qu’ils ont un fort impact social. A l’inverse, d’autres acteurs sont inclus dans la loi, et donc appartiennent à l’ESS sans pour autant avoir un quelconque impact sur la société.

Pour mieux comprendre la loi : Voilà le document du MOUVES

  • Le détail du projet :

La suite du projet a été de savoir dans quels pays nous irons. Nous avons déterminé six États : Belgique, Inde Thaïlande et Équateur Pérou Bolivie.

La Belgique est le centre de décisions des stratégies économiques de l’Union Européenne.

L’Inde et la Thaïlande nous ont été conseillé par les conseils de Lou Salomon (service civique à Avenir en Héritage et qui a fait un tour d’Asie à la rencontre d’entrepreneurs sociaux). Dans ces deux pays, l’entrepreneuriat social est fortement mise en avant. L’Inde est précurceur dans ce domaine avec l’apparition de ce modèle depuis plus de 30 ans.

En Amérique du Sud, nous avons ciblé l’Équateur et la Bolivie car les chefs d’Etat suivent la politique du « Buen Vivir ». En termes idéologiques, le « buen vivir » est une politique de souveraineté et de dignité nationale. Ces deux pays ont reconnus dans leur Constitution l’existence d’une économie populaire et solidaire.

Au contraire, le Pérou est un cas emblématique d’un pays dont la croissance forte n’est pas accompagnée d’un développement pour tous. Le développement du Pérou est basé sur un modèle extractiviste, au prix de la mise en concession de millions d’hectares au bénéfice d’entreprises multinationales.

Dans chaque pays, nous allons identifier une personne ou structure ressource, c’est à dire un contact fiable et capable de nous mettre en contact avec d’autres personnes.

Nous sommes en contact avec un fonctionnaire de l’Union Européenne à Bruxelles.

Ashoka, accompagnateur d’entrepreneurs sociaux autour du globe, va nous mettre en contact avec certains de ces fellows thaï.

En Inde, Amit Saraogi est un expert de l’entrepreneuriat social et a une multitude de contacts sur Mumbaï et Delhi (les deux villes visées).

Pour l’Équateur, Marie-Paule JAMMET, élue régionale et co-présidente de Commerce équitable vanous mettre ne contact avec l’Institut de l’économie populaire et solidaire.

Le réseau mondiale Makesense nous a déjà permis de rentrer en contact avec des acteurs au Pérou et Bolivie.

  • Nos moyens de financement

Nous avons monté des dossiers de financement, que nous avons déposé à la Mairie de La Rochelle, à la Région Poitou Charentes, au Centre Départemental d’Information Jeunesse.

Nous montons un dossier de Crowdfunding, nous étudions les plate formes les plus adaptées.

  • La communication

Nous avons un page Facebook, Twitter, Blog et une petite vidéo d’animation Powtoon  pour présenter notre projet en français et en anglais. Pour accéder à ces réseaux, accéder à notre nouvel article !

Un petit clic et c'est parti !

Créons des ponts entre les mondes !
RSS
Follow by Email
Facebook
Facebook
YouTube
YouTube
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *