« Camp de langues 2018 » au Maroc avec Baptiste et Lucas

Retour avec Baptiste et Lucas, deux volontaires en service civique partis au Maroc depuis juin dernier sur deux projets : l’organisation d’un camp de langues et le projet « Azrou N’tmazirte ». Retrouvez ci-dessous leurs témoignages sur le « Camp de Langues 2018 « organisé par les associations YanAnga et Avenir en Héritage.


Le projet « Camp de Langues 2018 », organisé au Maroc en Juillet dernier, a rassemblé cette année dix-huit volontaires français et espagnols répartis sur trois villages autour de Tiznit : Inchaden (Nord), Bounaamane (Sud) et Ouijjane (Est).

Durant trois semaines, des cours de français et d’anglais ont été assurés en binômes par l’équipe de volontaires en mission. La matinée étant réservées à l’enseignement des langues, les après-midis furent dédiées aux activités ludiques et sportives (tournois de football, balle aux prisonniers, jeux de sociétés, sorties cinéma, expériences scientifiques, etc.), avec le soutien des associations locales.

Le week-end, l’équipe participait à des « sorties solidaires » dans différentes localités proches d’Agadir. Ces expériences de terrain ont non seulement permis aux volontaires de profiter des somptueux paysages du Haut Atlas, des immenses plages de la côte Atlantique ou encore de la grotte et de la piscine naturelle de Win Timdouine, mais les ont également invités à se familiariser avec la culture marocaine, comprendre ses coutumes et s’approprier ses subtilités, dans une démarche de tourisme responsable.

Finalement, la communauté des acteurs ayant participé, directement ou indirectement, au bon déroulement du Camp de Langues 2018 semble s’accorder sur le bilan global qui peut être tiré de cette mission. Les responsables associatifs locaux, ainsi que les associations YanAnga et Avenir en Héritage considéraient comme des priorités absolues l’approfondissement des connaissances liées à la pratique orale et écrite des langues, mais également, et plus largement, l’épanouissement personnel et la stimulation intellectuelle des élèves, tout ceci dans le cadre établi des trois semaines. Nous estimons que ces résultats ont aujourd’hui été atteints.

Les demandes successives de réitération du projet pour les années suivantes, les offres de partenariats renouvelées, l’enthousiasme des volontaires et des partenaires locaux durant et au terme de la mission, mais aussi et surtout la reconnaissance réciproque entre les enseignants et les élèves nous apparaissent comme autant d’indicateurs de la réussite globale du projet.

Pour autant, ces efforts n’ont de sens que si les conditions d’une continuité dans l’enseignement des langues sont réunies. Il ne s’agit pas seulement de se féliciter de l’effort collectif fournit durant ce cours laps de temps, fut-il aussi passionné et tangible qu’il l’a été tout au long de la mission. Car si nous pouvons admettre que l’enfant a constitué et constituera le cœur tout projet éducatif futur, il est alors légitime de s’inquiéter de la perpétuation de cette instruction. Voilà pourquoi nous continuerons d’appeler de nos vœux un renforcement de l’enseignement public et de qualité des langues au Maroc : il en va de l’avenir d’un pays.

Néanmoins, au vu des efforts et du professionnalisme incontestables dont on fait preuve l’ensemble des partenaires locaux tout au long du projet, nous avons bon espoir que de telles ambitions sont à portée de main, et nous mesurons aujourd’hui la chance qu’ont ces jeunes gens d’être soutenus par des structures aussi bienveillantes.

Baptiste et Lucas

Un petit clic et c'est parti !

Créons des ponts entre les mondes !
Pour les actualités, par là !
Viens découvrir nos coulisses !
Aussi dans le réseau professionnel
Abonne-toi !
Follow

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *