Bienvenue au milieu de la Terre !

Voici un petit récit de nos aventures au pays où les œufs tiennent sur des clous !

Premier pas en Amérique du Sud, l’Equateur, de quoi bien briser nos clichés sur ce continent. Après un mois à parcourir le pays de gauche à droite et de bas en haut, nous nous en sommes fait une idée assez précise.

11121675_10153147342590851_983272702_n

Une situation géographique peu commune

L’Équateur est le pays qui a la plus grande biodiversité au monde.
Le pays est divisé en 3 territoires bien distincts. A l’Ouest, la côte et ses Playa negra, au centre les Andes et ses sommets à plus de 6´000 m d’altitude, à l’Est, la jungle amazonienne.
A ne pas oublier, le plus bel archipel du monde : les Galapados. Pour ne pas compromettre la mission et surtout ne pas se ruiner, nous n’y sommes pas allés. En effet, si les équatoriens ne payent que 20$ le vol, une taxe de 200$ s’ajoute pour les étrangers !

RIMG0072DSC00619RIMG0034

Expérience unique sur la ligne imaginaire

Nous sommes allés au musée de la « Mitad del Mundo », pas le grand musée qui indique le centre du monde car celui-ci a été créé 200 pieds à coté de la ligne, mais celui qui est réellement sur l’équateur.

Comme nous l’a expliqué notre super guide, «il y a 2 siècles, les français sont venus dans ce pays pour déterminer où passait la ligne ‘équateur‘. Mais ils se sont trompés de 200 pieds. » La ligne ne passe donc pas par l’immense monument connu pour être « le centre du monde », mais par le petit musée que nous avons visité. En plus à l’époque, la ligne était déjà connue par les populations locales. ¡ BRAVO ! C’est aussi grâce à nous que ce pays porte le nom d’Ecuador.

Qu’est-ce qui change sur ce petit bout de ligne ?

La pesanteur y est plus forte et est à la verticale. C’est pour cela que l’œuf tient plus facilement sur le clou. De plus, 2 fois par an, au solstice d’automne et de printemps, il n’y a pas d’ombre à midi pile car le soleil suit la ligne imaginaire de son levé à son couché. La moitié de l’année, le soleil passe donc un peu plus au nord, et l’autre moitié, il passe un peu plus au sud. Il n’y a pas de saison et les fraises et ananas poussent toute l’année.

11134300_10153147342555851_866231556_n

Une forte culture des peuples indigènes.

Plusieurs ethnies peuplent les terres inaccessibles de l’est du pays. Ils portent les habits traditionnels, c’est a dire… pas grand chose, sont de petites tailles et ont une connaissance extraordinaire de la magie des végétaux. Lorsqu’ils tuent un ennemi, ils lui coupent la tête, enlèvent le crane et font tremper la peau dans une potion magique. Cela fait réduire la peau tout en gardant les plus infimes détails du visage. Ils accrochent ensuite cette petite tête de la taille d’un point, autour de leur cou en signe de respect. Donc si vous voulez votre tête en porte clé, pas de soucis on vous donnera l’adresse !

A part ça, ils s’attachent le zizi avec une ficelle quand ils vont dans l’eau pour éviter que le poisson-pénis n’y rentre. En effet, ce poisson redoutable qui vit dans les eaux d’Amazonie peut tuer un homme en moins d’une heure.

Et enfin, leur petit péché mignon c’est de manger des COUUILLES !! Nom d’origine signifiant ‘cochons d’inde’. Alors vous imaginez le kiff de la guide du musée quand elle fait le tour à des français.

A bas les clichés sur l’Amérique du Sud.

Non, il n’y a pas de la musique latino constamment dans les rues, les gens ne font pas la sieste après manger, et d’ailleurs ne mangent pas à 3 h de l’après-midi comme les espagnoles.

DSC00684

Quant aux habits traditionnels : chapeaux noirs, ponchos, robes et petites sandales noires (pour les femmes), ils sont portés seulement par les personnes âgées.

Pour finir les réseaux routiers sont très bien développés, tout est goudronné, et les bus sont à l’heure.

 

Plus de riz qu’en Thaïlande !

A part des larves grillées au barbec, rien de très exotique dans nos assiettes. La nourriture est contre toute attente, point épicée et point variée.

Riz + Poulet + Lentille/Haricots + Banane plantain + Jus de Fruit fait maison = voilà le menu de tous les jours, et sans exception. Bien sûr, il y a tout type de riz, de poulets, et de graines.
L’équatorien ne cherche pas le met parfumé mais plutôt à bien se remplir l’estomac !

 Jesus est avec nous !

Comme on le sait bien la religion est très présente en Amérique du Sud, et la religion… Chrétienne. Par le biais de couchsurfing, on est tombé sur une famille « un peu » catho, et avant même d’arriver, c’était déjà mal parti ! Robin, nom qui sonne apparemment féminin en Équateur, n’était finalement pas une fille. Panique à bord quand ils nous ont vu débarquer. Mais heureusement la maman a fini par lâcher : « Si Dieu le veut, ca doit être ainsi ». On était donc les bienvenus.

DSC00676

Mais attention, outre la prière avant manger, et les discours pour essayer de nous convertir, il y a aussi des règles qui sorte de… Nulle part. Comme l’expérience de la machine à laver !

Un sac de vêtement plutôt usé qu’on traine depuis déjà 3 mois, nous on pensait : On met tout dans la machine. Mais NON ca marche pas comme ca, on fait 5 machines différentes, on met les chaussettes dans un sac à part, on lave quasiment tous les vêtements à la main avant de les mettre dans la machine. Résultat des courses : 1h ! Mais grâce à Jesus, nos chaussettes sont redevenues blanches… Et ca, ca n’a pas de prix !

La forêt, les ânes et les argentins !

Encore en couchsurfing on arrive à Puyo, ville au commencement de la forêt amazonienne. N’ayant pas pris le temps de lire la description du lieu sur le site, la surprise était grande. Du taxi à la chambre, on avait déjà de la boue jusqu’aux genoux ! 3 cabanes, 1 trou dans le planché et des argentins. Nous voilà parti à se faire des pâtes dans l’unique gamelle lavée à l’eau du tonneau rouillé, tout ça à l’aide d’une lampe frontale. Après manger, on pose les duvets et on dort… Mais la soirée ne faisait que commencer ! Au milieu de la nuit, nous nous sommes fait réveiller par les bruits d’un homme qui s’étouffait et qui tapait contre la cabane comme pour construire un abris. Au réveil, il a juste fallu lever la tête pour entrevoir une boule de poil avec des grosses pattes à travers les fissures du mur en bois. Avec l’odeur du fumier nous avons compris : nous sommes dans l’écurie !

Deuxième matin, l’âne était étonnement silencieux. Dans la cuisine, nous découvrons que les argentins avaient mangé tout le PAIN que nous nous étions acheté la veille. Le petit dej était ruiné… Furieux, on va les réveiller pour leur demander ce qu’il s’était passé. Grâce à notre espagnol très en point, nous avons mis 5 bonnes minutes à comprendre que l’âne se disait « burro » et qu’il était gentillement entré dans la cuisine pour se servir dans nos provisions.

Bref, 2 jours après on se réfugiait dans le premier hôtel de la ville pour prendre une simple douche.

L’Equateur c’est du sport !

Le sport national n’est pas le football mais le volley-ball. Oh pardon… l’equavolly. C’est différent ! Non pas 5 ou 6 par équipe, mais 3 contre 3 plus un arbitre. Le terrain est plus grand, les joueurs plus petits mais très agiles. A coup d’avant bras et de smash poussés à une main, les petits vieux ont leur mot à dire. De la tension il y a, des prises de tête, mauvaise foi… Car ils ne jouent pas pour des clopinettes ces grand-pères. Chaque joueur pari et les spectateurs aussi. En bref, ca boude quand ca perd et ca chambre quand ca gagne !

DSC00795

Parlons fric et $$$$$$$

L’Équateur a adopté le dollars américain en 1997. 1 € = 1,12 $.

Le salaire minimum est de 358 $ le mois.
Le coût de la vie depuis a fortement augmenté. Mais nous avons remarqué que contrairement à la Thaïlande, ici on vit avec son petit commerce familiale et on ne cherche pas la richesse à tout prix. Plusieurs fois, des propriétaires de magasins nous ont indiqué un concurrent moins cher qu’eux sans même essayer de négocier ou de mettre en valeur leurs produits.

Est-ce cela l’économie solidaire ?:)

Voilà ce que le pays du milieu du monde nous a dévoilé. Prochaine étape le Pérou où on a hâte de voir si les gens y font la sieste et sont toujours en retard.

L’Amérique du Sud quoi ?! 🙂

Un petit clic et c'est parti !

Créons des ponts entre les mondes !
RSS
Follow by Email
Facebook
Facebook
YouTube
YouTube
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *