Barefoot College

RIMG0138

Nous sommes allés visiter Tilonia, le village initial d’accueil de l’ONG Barefoot College.

L’approche de Barefoot College:

L’objectif de Barefoot College est de permettre à des personnes du milieu rural vivant avec moins d’1 dollar par jour de sortir de la pauvreté avec dignité.

Cette organisation a été créée en 1972. L’étudiant Bunker Roy diplômé de l’Université de Delhi et Meghraj un homme du village de Tilonia ont décidé de lier leurs connaissances pour développer la méthode d’apprentissage Barefoot et former de nombreux villageois. Barefoot College est considéré comme l’un des seuls endroits en Inde où l’esprit de Gandhi est toujours vivant et respecté.

Concrètement:

Sur le nouveau campus du village de Tilonia, Barefoot College offre des formations de 6 mois à l’ingénierie solaire.

Les bénéficiaires sont des femmes âgées, venant du milieu rural en Inde et de différents villages à travers le monde (Cameroun, Equateur, Thailande, Ghana…). La plupart sont illettrées ou semi-lettrées.

Pendant 6 mois, ces femmes suivent des cours à la méthode Barefoot pour apprendre à construire leur propre panneau solaire et comprendre comment l’énergie solaire fonctionne. L’objectif est de permettre l’accès à l’électricité à de nombreux villages. Ces femmes une fois formées retournent dans leur village, et forment d’autres femmes pour électrifier leur village.

Les cours sont surprenants, les femmes ne parlent aucune langue commune, et n’ont pour la plupart jamais été à l’école. Mais à l’aide d’un manuel avec des numéros, des couleurs, les femmes apprennent vite et développent même leur propre language pour se comprendre entre elles. A la fin de la formation, ces femmes sont capables de créer leur propre panneau solaire, leur propre cuisinière solaire et parabolique ou encore leur propre chauffe-eau solaire.

Nous sommes allés explorer les différentes machines solaires qui font partie de leur quotidien. De la cuisinière solaire au chauffe-eau, ces femmes qui ne sont jamais allées à l’école, sont aujourd’hui des professionnelles en ingénieurie solaire. Elles sont capables de fabriquer les machines, de les utiliser, de les réparer en cas de problème, et aujourd’hui certaines innovent et trouvent de nouvelles solutions encore plus efficace.

Mais encore ?

En faisant le tour du campus, le guide nous a fait rencontrer d’autres femmes qui avaient été formées à la méthode Barefoot dans différents domaines.

Nous avons rencontré des médecins et dentistes, illétrées ou semi-lettrées, capable aujourd’hui de soigner les blessures primaires des habitants du village. Nous avons également rencontré des professeurs formés à la méthode Barefoot, de l’école de nuit et de jour.

Le soir, nous avons eu l’opportunité d’aller à l’école de nuit dans un village voisin. Cette école a été créée pour permettre aux enfants qui travaillent la journée de s’instruire, de se retrouver avec d’autres enfants le soir et de s’amuser. C’est sur la base du volontariat, les enfants viennent s’ils s’y sentent bien, et chaque soir ils sont nombreux à venir chanter, lire, jouer… Ces enfants ont voulu qu’on soit leur professeur pour un soir, un professeur Australien qui était avec nous leur a appris de nombreuses farces. C’était un moment fort, les enfants étaient aux anges.

Mais pourquoi former des grand-mères ?

Barefoot College a choisi de baser ses formations sur des grand mères car quand elles repartent dans leur village, celles-ci vont directement appliquer leurs connaissances en installant des panneaux solaires et fournir l’électricité aux habitants.

Les jeunes a-t-il dit « ils demandent des diplômes ». Ainsi ils peuvent trouver facilement un emploi en ville, mais ne favorisent pas l’essor de leur village d’origine. Ici, nous ne fournissons aucun diplôme, nous transmettons un savoir faire.

Témoignage:

Le guide nous a raconté qu’il venait de la caste la plus basse. Au jour d’aujourd’hui il n’est toujours pas autorisé à rentrer dans les temples et son métier de prédilection est de balayer les rues. En étant à Barefoot College il a comprit que les barrières dans la société sont partout, même au sein de sa famille. Dans de nombreuses familles traditionnelles, le chef est le père puis le fils. On oublie la place de la mère et toutes les ressources qu’elle peut avoir.

Pour faire passer son message, il a décidé de faire vivre des marionnettes, un moyen de communication traditionnel au Rajasthan. Au sein du village, ils organisent des spectacles où les marionnettes parlent aux villageois, et leur transmettent ces messages de paix et d’égalité.

Un petit clic et c'est parti !

Créons des ponts entre les mondes !
RSS
Follow by Email
Facebook
Facebook
YouTube
YouTube
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *